Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

kasmet voit

 

J'ai eu un jour la grande joie d'accueillir dans ma vie un chow chow. Chien originaire du Tibet. Les chiens que j'avais connus jusqu'alors frétillaient, sautaient, et venaient quand on les sifflait... hors j'ai mis un peu de temps avant de comprendre celui-là. J'ai tout d'abord cru qu'elle avait un problème... elle n'obeit qu'après un temps de réflexion, elle apprécie qu'on lui parle et qu'on lui explique les choses, en cas de brutalité elle se ferme, elle ne réclame jamais ni caresses, ni sorties, ni friandises, ne se jette pas sur son repas.

Je n'ai pas eu besoin de l'éduquer à la propreté, elle ne monte jamais sur un lit ou un canapé, elle respecte et aime être respectée. De plus elle semble avoir une certaine fierté, lorsque les gens lui parlent comme à un toutou, elle n'apprécie pas du tout et arbore un air indifférent qui en vexe plus d'un ! Les contacts avec ses congénéres sont succincts, elle est connue dans le quartier pour les longues stations assises qu'elle affectionne, observant les mouvements autour d'elle.  Je fus émerveillée par la subtilité de cette chienne. Très peu démonstrative dans ses affections, un tout petit mouvement de sa queue, un minuscule coup de langue sur le mollet, me dise ses sentiments. Je ne la vis en colère que deux fois dans sa vie lorsqu'elle fut attaquée par un pitbull, puis par un bull terrier. Les chiens n'ayant en gueule que du poil, là je ne reconnus plus mon nounours qui n'était plus qu'une mâchoire aux crocs féroces... je pense que si je n'étais pas intervenu les deux "caïds" étaient morts, sous l'oeil surpris des propriétaires des mollosses devant la force de cette peluche vivante !
Un jour où je la promenais aux abords d'un parc un homme vint vers moi, d'un pas décidé, sa silhouette était un peu raide et au fur et à mesure qu'il s'approchait je lui voyais un masque de souffrance assez figé. Lorsqu'il arriva à moi, il se mit à me parler de mon chow chow sur le ton de quelqu'un qui a quelque chose à dire et ne souhaite pas engager un dialogue... je l'écoutais donc. Avec un phrasé donnant à penser qu'il était un homme assez cultivé, il m'expliqua que la race de mon chien était un peu à part :
- "On peut distinguer trois grandes familles de chiens : les chiens de chasse, les chiens de bergers et les ratiers. Ces chiens vivent dans des rapports constants de domination. Vôtre chien est d'une race très ancienne, il fut divinisé pour ses qualités de sagesse, les relations de domination lui sont indifférentes. Il en est de même pour l'espèce humaine, les dominants ont tout envahi, seules restent quelques peuplades isolées, et puis ici quelques personnes stigmatisées qui ont tant souffert qu'elles sont allées puiser aux sources de la sagesse."
Puis sur un ton autoritaire il conclut avant de s'en aller bien vite :
- "Alors cessez de vous taper la tête contre les murs !"


Partager cette page

Repost 0
Published by