Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

plais du vin

 

Ce matin le Taberlot a le moral aux catacombes, pourtant il a touché sa braise, mais le gars d'la poste au guichet l'a traité comme un comédon. Il a dû faire la queue deux plombes et il a mal aux pattes, la nuit, comme depuis bien longtemps, il l'a passée sur des cartons sur un coin de béton. Il va se jeter deux fois trois bières sur le zinc du  "Palais du vin".
Ah ! c'est vraiment pas son jour...  v'là qu'il a mal aux dents : "le mal aux dents, c'est l'mal d'amour !"  lui crie gaiement Denise, la petite vieille du 32. Les bactéries lui rongent la molaire, alors il asticote, il cherche les mecs, choisit les plus costauds, les chauffe autant qu'il peut. Il veut le coup d'poing sanitaire qui soulagerait sa dent carriée, lui évitant les soins dentaires. Pauvre Taberlot, dans sa misère, il quête le coup d'poing qui l'enverrait directement "ad patres", dans la bière, où il pourrait enfin dormir tranquille et reposer ses pauvres nerfs. Mais morne plaine, ce matin là, l'a beau en faire des caisses, ça nage dans l'allégresse. Dégoûté des bateaux, i'r'monte le caniveau  de la rue Ramponneau, en faisant traîner ses godasses dans la flotte dégueulasse.
Quand l'odeur fraîche de savonnette lui fait lever le nez, en face de lui sur le trottoir descend une femme un peu coincée, tenant au bout de sa main droite une petite fille en robe à fleurs. La gamine subitement du bout d'son doigt tendu, montre à sa mère un pigeonneau tout déglingué, entrain d'crever, au pied du mur de l'école du quartier. La femme écarte sa gosse, l'air dégoûté, et puis change rapidement de trottoir. Faut dire qu'autour du Taberlot c'est pas chez Marionnaud, puis qu'il héberge une colonie d'totos sous sa crasseuse. Pas engageant l'oiseau, ses joues jaillissent comme des prunes violacées par la vinasse, dans l'nid de sa barbe grise, quant à sa bouche, c'est l'train fantôme. Seulement voilà, beauté cachée... niché dans sa carcasse sale, il couve un coeur de braise. Quand il voit l'orphelin, lui l'dégoûté du genre humain, il le loge dans sa fouille, il va l'rafistoler. Sacré veinard le pigeonneau, car l'Taberlot, c'est le roi des vétos, l'Françoise Dolto des animaux.
Quelques jours au fond d'un carton... quand il le voit costaud, décide de relâcher l'oiseau, l'a beau s'être attaché, chez l'Taberlot, la liberté c'est du sacré. Il vise sur la place une bande de congénères, puis relâche son ami. Il va s'r'j'ter deux fois trois bières sur le zinc du Palais, la larme à l'oeil de quitter un poto.
C'est quand, complètement bourré, il a repris l'cours de son caniveau, qu'l'histoire a commencé. Il vit d'vant lui, sur le bitume noir du trottoir, deux jambes de rêve, et puis moulé dans du coton un vrai canon. En passionné, il ajusta son focal, mais quand relevant le nez, il vit sa gueule, en un instant tout fût gâché : on y lisait un coeur de pierre, une âme perdue dans le miroir, sans horizon, un vrai frigo, une déraison. En connaisseur, il fut fâché par le gâchis, car une caille comme celle là, baignée d'amour, c'aurait pu être... une vraie Bardot, une Maryline, alors que là... mieux valait se taper la Denise ! La top passait sans l' voir, quand subitement il entendit un battement d'ailes, levant les yeux, il vit perchées sur la gouttière, trois queues de plumes blanches et grises, bien dressées vers le ciel, et puis au centre du duvet blanc trois petits cercles lâchant trois masses qui s'écrasèrent sur le canon. Une sur la fontanelle au coeur des cheveux blonds, une sur le nez, puis sur l'épaule du corsage en coton. Très énervée, l'canon rentra dans un café.
Vers 17h, mais cela notre Taberlot ne le vît pas, un employé d'la poste, en quittant son boulot, se vit couvrir de chiures par plus d'cinquante oiseaux.
Dés le lendemain matin, au d'ssus du zinc sur TF1, on annonçait que plus de cent mille pigeons avait fondu sur l'Elysée, et recouvert l'gouvernement groupé sur le perron. Ca f'sait du foin dans Landerneau. Au dernier plan du direct, Taberlot vit s'élançant vers la caméra, son pigeonneau, il lui sembla que sa patte droite était en V, avant qu'il le vit attrapé par les filets de la municipalité, terrorisée par l'hypothèse d'un nouvel attentat.

Partager cette page

Repost 0
Published by